Latest Entries »

Question :

Est-ce que cette parole : « Jamais ne réussira un peuple qui ne connaît [Allah] que pendant le ramadan ! » est un récit prophétique [hadith] ?.

Réponse :

Ceci fait partie [en réalité] des paroles rapportées de nos prédécesseurs [Athar]. En effet, certains d’entres eux furent questionné au sujet des gens qui adorent [Allah] et qui montrent plus de dévotion pendant le mois de ramadan puis aussitôt le mois passé, ils délaissent tout. Ils en dirent alors « Quel mauvais peuple, ils ne connaissent Allah que pendant le ramadan ! »

En effet, [cette parole] est juste envers eux s’ils délaissent par la suite leurs obligations, mais si au contraire, ils manquent un peu de dévotion alors non, cela ne l’est pas. Cette parole vise ceux qui délaissent leurs obligations après le mois, à l’exemple de ceux qui accomplissent la prière pendant le ramadan et la délaisse en dehors de ce mois…alors il est tout à fait juste de dire d’eux qu’ils sont un  » mauvais peuple  » car ils sont renié leur Foi par cet acte. Délaisser la prière est un acte de mécréance !

Par contre, s’ils manquent un peu de ferveur et délaissent certaines adorations [additionnelles] qu’il est préférable d’effectuer durant ce mois, alors ceci ne relève pas d’une grande importance. Car il est bien connu que pendant le ramadan, les gens multiplient les actes de dévotion en accomplissant diverses adorations [additionnelles]…faire des dons [Sadaqat] et autres bonnes actions similaires…

Si quelqu’un laisse paraître de la paresse pendant le ramadan quand à l’accomplissement de certaines adorations [additionnelles], alors il n’est pas concerné par cette parole :  » mauvais peuple « .

(Fatwa n° 19317 – Nour ‘al Ad-Darb – de Sheikh Ibn ‘Abd Al ‘Aziz Ibn Baz rahimahu Allah)

Question : Est-il permis d’enregistrer des conférences sur une cassette vidéo pour que d’autres en profitent ailleurs ?

Réponse : Cela demande quelque réflexion . L’enregistrement audio est nécessaire , comme l’on sait , mais parfois on a besoin de la vidéo pour s’assurer que le locuteur est untel . L’image montre le locuteur et elle peut être indispensable pour d’autres raisons .

Personnellement j’ai malgré cela des réserves à ce propos , et cela pour tous les hadiths qui ont vivement mis en garde contre la reproduction des êtres animés . Plusieurs de mes frères savants tolèrent ces actes et voient qu’il n’y a aucun mal à cela du moment que ces enregistrements servent l’intérêt général.

Mais moi je suis très réticent devant ce genre de questions , puisque les hadith authentiques ont mis l’accent sur le grand danger de la reproduction par l’image . Aussi bien dans les deux sahih que dans d’autres hadith , il nous a été expliqué que les dessinateurs sont parmi les gens qui souffriront le plus le Jour de la Résurrection . On doit se reporté également aux hadiths selon lesquels les dessinateurs sont maudits . Allah est le Garant du succès .

(Cheikh Ibn Bâz rahimahu Allah Revue des recherches islamiques numéro 42 p.161)

Question : Quel est le jugement de la loi islamique concernant le fait de serrer la main de son frère musulman après la salât ? Est-ce une hérésie ou une Sunna ? Prière de nous en donner les preuves .

Réponse : Le fait de se serrer la main après la salât de façon régulière n’a pas , à ma connaissance , de fondement en Islam . C’est sans doute une innovation hérétique . On rapporte de manière authentique que le Messager d’Allah sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit :

 » Tout acte qui ne relève pas de nos enseignements est une innovation hérétique à rejeter  » (Rapporté par Al Bukharî et Muslim)

Et Il a dit , dans une autre version :

 » Celui qui accomplit un acte qui ne relève pas de nos enseignements , son acte lui revient  » (Rapporté par Al Bukhârî et Muslim)

Une fatwa a été émise d’ailleurs à ce sujet .

(Cheikh Ibn Bâz rahimahu Allah , Fatawa islamique Dar Al Arqam p.79)

Question : Il est des gens qui incitent surtout les jeunes de notre pays à travers l’internet à violer leur acte d’allégeance vis-à-vis du détenteur du commandement . La raison en est , selon eux , l’existence des banques qui traitent avec les intérêts usuraires et l’augmentation considérables des actes répréhensibles de façon manifeste . Quel conseils pourriez-vous prodiguer à ce sujet ? Qu’Allah vous bénisse !

Réponse : Nous pensons que ces propos sont erronées et contraires aux enseignements authentiques de la religion . Ils ouvrent la voie à la désunion , à la dissension et à l’égarement . Les auteurs de tels propos doivent être blâmés sérieusement et leurs idées sont à rejeter catégoriquement . Ces propos appellent donc au mal , aux actions répréhensibles et à la discorde . En effet , le fait que des actes de déviation et de perversité se produisent dans le pays ne justifient nullement que l’on traite le détenteur du pouvoir de mécréant .

Question : Se révolter contre les imams se traduit-il uniquement par l’épée (la force) ? Qu’en est-il du fait de les calomnier , de porter atteinte à leur réputation et d’inciter les gens à les contester et les insulter ?

Réponse : Nous avons déjà dit que la révolte contre les imams peut se faire en derniers recours par l’épée (la force) , comme elle peut se manifester par la parole en les insultant , les critiquant et les calomniant dans les différentes rencontres et sur les Minbars (les chaires) . Tout cela provoque la colère des gens et les incite à s’insurger contre les détenteurs du commandement qui risquent de perdre leur valeur et leur respect auprès du peuple . La parole fait donc partie de la protestation contre les imams .

(Cheikh Sâlih Al Fawzân , Al Ijâbat al Muhimma fil machâkil al mudalhima 1/11)

Question : Quel est l’avis de la religion sur ceux qui disent : « La religion n’a rien à voir avec la politique et vice versa  » ??

Réponse : La Charî’a islamique a clairement indiqué la politique correcte qu’il faut appliquer dans les relations avec les pays musulmans ou autres , en temps de paix comme en temps de guerre . De même , elle a précisé la politique de justice et de clairvoyance que le détenteur du commandement doit adopter avec les gens pour servir leurs intérêts dans la vie ici-bas et dans l’au-delà .

Quant à la politique de ruse , de malignité , de mensonge , d’escroquerie ,de déloyauté , de violation des engagements et des traités , de trahison , des promesses non tenues etc , celle-là n’a rien à voir avec la Charî’a islamique . Quiconque étudie les textes authentiques du Saint Coran et de la Sunna prophétique et se penche sur la vie du prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam , ne peut trouver qu’une seule politique qui est celle de la justice , de l’équité et de l’honnêteté , recommandée et appliquée aussi bien avec les amis qu’avec les ennemis .

Allah seul accorde la réussite et que Sa paix et Sa bénédiction soient sur notre Prophète Muhammad , sur sa famille et sur ses compagnons .

(Fatwa de la commission permanente des recherches scientifiques et de l’iftâ’ 23/401)

Questions : Une personne peut tomber malade et se mettre à parler un langage incompréhensible et on dira de lui alors qu’il est victime d’un djinn . Pour le guérir , on fait appel à quelqu’un qui a appris le Coran par coeur et qui va tenter de l’exorciser par la récitation des versets coraniques . De même le nouveau marié est-il quelquefois la victime d’un sort qui le rend incapable d’avoir des rapports intimes avec sa conjointe lors de la nuit de noce . Est-ce que tout cela est digne de foi ?

Réponse : Deux points sont à préciser :

Premièrement : Les djinns sont des créatures d’Allah parmi d’autres . La preuve de leur existence est mentionnée dans le Saint Coran et la Sunna du Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam et ils sont responsables de leurs actions devant le Seigneur . Les musulmans parmi eux seront au Paradis et les mécréants en Enfer . La possession ou l’envoûtement de l’homme par les djinns est vérité attestée par la réalité . Pour guérir de l’envoûtement , on utilise des moyens religieux licites tels que la récitation du Coran et les invocations prophétiques authentiques .

Deuxièment : Quant à la lecture de quelque chose qui fait que le nouveau marié ne puisse point avoir des rapports intimes avec sa conjointe lors de sa nuit de noce ou après , cela relève de la sorcellerie . Et cette pratique est illicite en Islam ou aussi bien le Coran que la Sunna prophétique l’ont interdite formellement . De plus , le sorcier doit-être , selon la Charî’a tué .

Que la paix d’Allah et Sa bénédiction soient sur notre Prophète Muhammad sur les membres de sa famille et sur ses compagnons .

(Fatwas du traitement par le Coran et la sunna p.28-29 fatwa de la Commission permanente des recherches scientifiques et de l’iftâ’ )

Question : Une sorcière a causé du tort à plusieurs personnes . Que peut-on contre elle et comment se débarrasser de ses sortilèges ??

Réponse : La sorcellerie est l’oeuvre de Satan . Le sorcier signe un pacte avec les djinns en leur faisant des voeux et des sacrifices . Ou même en les invoquant au lieu d’invoquer Allah . Un sorcier peut même , dans ce but , abandonner sa prière ,manger des saletés et autres pour que les djinns soient satisfait de lui et daignent bien le servir en possédant qui il veut , en tuant , en semant l’impuissance et la zizanie dans le ménage etc .

Voilà pourquoi , le sorcier est un polythéiste et un mécréant . Il adore d’autres qu’Allah en s’adonnant à de telles pratiques , et c’est la raison pour laquelle il a été ordonné qu’il soit tué . Cela est confirmé d’après ‘Umar ibn al Khattâb , sa fille Hafsa et Jundub (qu’Allah soit satisfait d’eux ).

En conséquence , il n’est pas permis de laisser faire cette fameuse sorcière dont vous parlez . Si vous avez les preuves suffisantes pour la dénoncer , faites-le afin que les gens en soient débarrassés . Il appartient aussi à l’homme de la maison , fût-il le fils de cette sorcière , d’arrêter le tort qu’elle cause . Cette pratique est en effet une manière de renier Allah et un dommage pour les créatures d’Allah . Tuer cette sorcière serait un exemple qui dissuaderait ses semblables de poursuivre leurs pratiques .

Si personne n’accepte de combattre cette sorcière , vous êtes responsable de ce que vous savez sur elle . C’est à vous d’exposer clairement les faits qui lui sont attribués , en vous aidant des témoignages des voisins et des proches . Et une fois vous aurez rassemblé toutes les informations nécessaires pour condamner cette femme , vous devez les soumettre au tribunal religieux pour qu’on puisse appliquer la loi d’Allah exalté soit-Il , sur elle conformément à ce hadith du Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam :

« Le châtiment du sorcier est la peine capitale  »

(Hadith rapporté par At Tirmidhî 1460)

Par ailleurs vous ne devez pas continuer dans cette situation ou cette sorcière cause beaucoup de malheurs aux autres . Enfin, nous vous conseillons ceci :

Multiplier les formules de rappel d’Allah , la récitation du Coran et les invocations authentiques aussi bien le matin que le soir pour assurer votre protection , avec la grâce d’Allah , contre le mal des djinns et des sorciers .

Chercher votre guérison de l’acte maléfique de la sorcellerie dans les formes d’exorcisation légale en consultant les guérisseurs bien connus pour leurs piété et droiture et qui exorcisent par les formules incantatoires authentiques attribués au Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam , les versets coraniques et les médicaments permis . Ces guérisseurs sont nombreux dans notre pays et nous savons qu’ils ont pu guérir , avec la grâce d’Allah , beaucoup de malades que le Tout Puissant a voulu guider dans la voie du salut .

Que la paix d’Allah et Sa bénédiction soient sur notre prophète Muhammad , sur les membres de sa famille et sur tous ses compagnons .

(Al Majmu’ Ath Thamîn min Fatâwas ach cheikh ibn Uthaymîn vol 2 p.130-131)

‘Abdullah Ibn Ja’far rapporte : J’ai vu le Messager d’Allah sallallahu ‘alayhi wa sallam manger du concombre avec des dattes .
(sahih Muslim hadith 2043 vol 8/10 p.129)

L’imam An Nawawi rahimahu Allah dit à propos de ce hadith : Une version rapportée ailleurs que dans le recueil de Muslim , mentionne cet ajout « Il atténuait le goût fortement sucré de l’un avec la fadeur de l’autre » . Cela indique qu’il est loisible de les manger ensemble , et plus généralement , de manger deux aliments ensemble , et de varier les aliments , sans divergence entre les ulémas sur ces points . L’avis attribué à certains anciens stipulant le contraire , indique plutôt la répréhension de s’habituer aux repas somptueux et luxueux sans but religieux .
(Sharh sahih Muslim vol 8/10 hadith 2043 p.129)

hadith datte

Abu Hurayra qu’Allah l’agrée rapporte que le Messager d’Allah sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit :
Vous devez absolument éviter de frapper au visage entre frères si vous venez à vous battre .

(Rapporté par Muslim vol 9/10 hadith 2612 p.549)

L’imam an Nawawî rahimahu Allah dit à propos de ce hadith :

Les ulémas concluent que ces textes sont formels sur l’interdiction de frapper quelqu’un au visage , car le visage est très vulnérable , il résume la beauté , renferme les organes les plus fragiles et les plus précieux , soit la quasi-totalité des organes des sens . Un coup sur le visage pourrait donc facilement causer la perte ou la diminution de l’un de ces sens , comme il pourrait défiguré la personne , sachant qu’une marque au visage enlaidit la personne considérablement du fait qu’elle est très voyante et qu’il est impossible de la couvrir ou de la dissimuler . En fait , un coup au visage ne laisse rarement pas de traces . Cette interdiction de frapper au visage englobe la correction qu’on inflige à l’épouse , à son enfant ou à son esclave . Dans tous ces cas , l’on doit éviter catégoriquement de donner des coups au visage .
(Sharh sahih Muslim de l’imam an Nawawî vol 9/10 hadith 2612 p.550)

Question : Quel est l’avis de la loi islamique au sujet de celui qui s’abstient de recommander le bien et de réprouver le mal alors qu’il en est capable ??

Réponse : Cet homme a désobéit à Allah et à Son Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam et sa foi , est faible .De même , il court le risque imminent de plonger dans les maladies du coeur et d’encourir les châtiments qui en découlent , que ce soit dans la vie ici-bas ou dans l’au-delà , comme en témoigne cette parole du Tout Puissant :

 » ceux des Enfants d’Israel qui n’avaient pas cru ont été maudits par la bouche de David et de Jésus fils de Marie , parce qu’ils désobéissaient et transgressaient . Ils ne s’interdisaient pas les uns aux autres ce qu’ils faisaient de blâmable . Comme est mauvais certes , ce qu’ils faisaient  »
(Sourate Al Mâ’idah verset 78-79)

Dans la Sunna prophétique , on rapporte de manière authentique que le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit: Quiconque parmi vous voit quelque chose de répréhensible doit se charger de le réparer par sa propre main , s’il ne le peut pas , qu’il le fasse par la langue , et si cela lui est également impossible ,qu’il le réprouve par le coeur , mais alors cela relève du minimum imposé par la foi.
(rapporté par Muslim 49)

Le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit aussi : Si le gens voient le blâmable et s’abstiennent d ele réprouver , le châtiment d’Allah est alors imminent sur eux .
(Rapporté par Abû Dawud 4338 et At Tirmidhî 3057 et Ibn Mâjah 4005)

En fait , les hadith prophétiques abondent dans ce sens .

Demandons à Allah d’aider tous les Musulmans à accomplir ce devoir extrêmement important de la manière qui attire Sa satisfaction .

(Le cheikh Ibn Bâz rahimahu Allah Revue de recherches islamiques numéro 37 p.169)

La question :

Il est répandu chez certains commerçants, la vente des produits de beauté, tels que le maquillage et les parfums pour femmes. Ces commerçants allèguent qu’ils conseillent les clientes de ne pas utiliser ces produits en dehors de leurs maisons. Est-ce que ce commerce est permis ?

La réponse :

Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu’Allah a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Ceci dit :

Il est interdit de vendre les maquillages dont la composition industrielle est faite à base de fœtus humains, des résidus d’accouchement ou des détritus organiques des fœtus tels que le cordon ombilical, le placenta et autres; vu que ceci est une violation de l’espèce humaine qui est interdite par les textes authentiques de la Charia.

Il est également interdit de vendre les maquillages dont la composition industrielle est faite à base de fœtus animal, comme le porc et les bêtes mortes, étant donné leur impureté. De même, il est interdit de vendre les parfums contenant de l’alcool enivrant; puisqu’il est connu qu’il n’est pas valable de vendre ce dont il est interdit de profiter tels que le vin, le porc, la bête morte et autre ; le Prophète صلّى الله عليه وآلِه وسلّم dit : « Allah et Son Messager ont interdit de vendre le vin, le porc, la bête morte et les idoles » puis il dit : « Qu’Allah combatte les Juifs, car quand Il leur a interdit ses graisses (celles de la bête morte), ils les ont transformées en huile, vendu le liquide et mangé son revenu »(1). En outre, les ulémas sont unanimes pour l’interdiction de profiter des graisses de la bête morte, du porc et des graisses impures qu’utilise l’humain dans sa nourriture et pour s’oindre le corps. Ces maquillages et ces parfums sont alors interdits comme le sont : le fait de manger la bête morte et le fait de s’oindre par des substances impures; Allah عزّ وجلّ dit :

﴿قُل لاَّ أَجِدُ فِي مَا أُوْحِيَ إِلَيَّ مُحَرَّماً عَلَى طَاعِمٍ يَطْعَمُهُ إِلاَّ أَن يَكُونَ مَيْتَةً أَوْ دَماً مَّسْفُوحاً أَوْ لَحْمَ خِنزِيرٍ فَإِنَّهُ رِجْسٌ﴾ [الأنعام: 145].

Traduction du sens du verset :

﴾Dans ce qui m’a été révélé, je ne trouve d’interdit, à aucun mangeur d’en manger, que la bête (trouvée) morte, ou le sang qu’on a fait couler, ou la chair de porc – car c’est une souillure -﴿ [El-An`âm (Les Bestiaux) : 145].

Il est aussi interdit de vendre les maquillages qui nuisent au visage en lui provoquant des difformités ou des taches noires, ou provoquent de différentes maladies dermiques dans tout le corps, étant donné que leurs éléments composants sont faits à base de produits chimiques qui nuisent à la peau ou aux yeux; et certes, la nuisance doit être écartée de l’utilisateur lui-même et de la personne à qui on vend le produit; le Prophète صلّى الله عليه وآلِه وسلّم dit : « Pas de nuisance, ni à soi-même ni à autrui »(2).

Du reste, si ces produits de beauté ne contiennent pas des substances illicites, impures ou nuisibles, il serait, en principe, permis à la femme de les utiliser tant qu’elle n’exhibe sa beauté qu’aux personnes devant lesquelles Allah عزّ وجلّ lui a permis de le faire. Aussi, il lui est permis, pour le même dessein, de se parfumer par le parfum qu’elle désire tant qu’il ne contient pas d’alcool enivrant -comme cela est déjà cité-.

Néanmoins, il lui est absolument interdit de se parfumer lorsqu’elle est en état de sacralisation pour faire le Hadj (pèlerinage) ou la `Omra; le Prophète صلّى الله عليه وآلِه وسلّم dit à propos de celui qui est en état de sacralisation : «… et ne portez pas de vêtement parfumé par le safran ou El-Wers(3) »(4), et ceci concerne les femmes tout comme les hommes. De même qu’il lui est interdit de se parfumer lorsqu’elle est en deuil, le Prophète صلّى الله عليه وآلِه وسلّم dit : « Il est interdit à une femme qui croit en Allah et au Jour Dernier de faire plus de trois jours de deuil à un mort, sauf le deuil qu’elle fait à son mari, car pour celui-ci elle reste quatre mois et dix jours »(5). De plus, lorsque la femme sort de sa maison, même en se dirigeant vers la mosquée, elle doit éliminer toute odeur de parfum qui reste en elle; car le fait de sortir de sa demeure en étant parfumée et maquillée est l’un des péchés majeurs, même avec la permission de son mari; le Prophète صلّى الله عليه وآلِه وسلّم dit : « Toute femme sortant parfumée, puis passe par des gens qui sentiront l’odeur de son parfum est considérée comme une fornicatrice »(6), et il dit également : « Celle d’entre vous qui veut prier à la mosquée, qu’elle ne se parfume pas »(7), vu que la femme est commandée de se parer et de se parfumer dans sa maison et pour son mari et non pas lorsqu’elle sort de sa maison, abstraction faite de sa destination.

Et évidemment, il est interdit de vendre les produits de beauté si le vendeur sait que la femme les utilisera pour se dévoiler et étaler ses charmes en sortant de sa maison, car ceci serait une entraide dans le péché et la transgression; le Prophète صلّى الله عليه وآلِه وسلّم dit : « Je ne laisserai pas après moi une tentation plus nuisible aux hommes que celle des femmes »(8), et il dit aussi : « … alors, évitez (d’être séduits par) la vie d’ici-bas, et évitez (d’être séduits par) les femmes; car la première tentation des fils d’Israël était celle des femmes »(9).

Quant à celui qui sait que la femme utilisera ces produits pour étaler sa beauté dans ce qui est permis; dans ce cas il n’y aura aucune gêne de les vendre. Cependant, dans le cas où le vendeur ne connaît pas l’état de l’acheteur, le jugement de permission dépendra alors de l’usage des gens du pays et l’aspect répandu quant à l’utilisation de ces produits de beauté. Donc, si la majorité des femmes du pays les utilisent dans ce qui est permis, il n’y aura alors aucun empêchement de les vendre. Mais si elles les utilisent pour semer la tentation et les actes de dépravation, il ne sera pas permis de les vendre, étant donné que : « Le jugement se rapporte à la majorité, et le cas rare n’a pas de jugement » et que « La majorité prend le statut du tout ». El-Qarâfi –رحمه الله- a dit : « En principe, c’est la majorité qui est considérée et a la priorité sur ce qui est rare. Et c’est ainsi dans toute la Charia, car le cas majoritaire est prioritaire dans le jugement concernant la pureté de l’eau et les contrats des musulmans; comme on n’accepte pas le témoignage des ennemis et des rivaux, car généralement ils ne sont pas loyaux (dans leur témoignage). En effet, ceci est abondamment cité dans la Charia »(10). En l’occurrence, le vendeur devrait changer son activité commerciale pour une autre activité où il pourrait mieux préserver sa foi et son honneur.

Dans le cas où le dévoilement et l’étalage des charmes de la femme ne sont pas répandus (dans son pays), et le vendeur ne connaît pas [l’état de l’acheteur], il lui est alors permis de vendre ces produits de beauté par considération pour la piété et la bonté morale des gens. Néanmoins, si le vendeur doute de l’état apparent de l’acheteur, il doit alors s’abstenir de lui vendre, conformément à ce qu’a dit le Prophète صلّى الله عليه وآلِه وسلّم: « Laisse ce qui t’inspire du doute pour ce qui ne t’inspire pas de doute »(11) ainsi que le hadith : « Celui qui se garde des choses douteuses, préserve sa religion et son honneur; et celui qui y tombe, tombe dans ce qui est illicite »(12).

Cela dit, il n’est pas valable de vendre ces produits de beauté et ces parfums qui sont licites pour ceux qui les utilisent dans la désobéissance d’Allah عزّ وجلّ et dans ce qu’Il a interdit, même en conseillant l’acheteur de ne pas les utiliser dans la dépravation et l’immoralité, car en principe on doit considérer l’état de la personne [à qui on vend le produit] jusqu’à preuve du contraire. Encore, il est évident que le conseil peut être accepté comme il peut ne pas l’être; et la transaction commerciale valable ne peut être accomplie qu’après que l’acheteur prouve le contraire de son état en acceptant le conseil et en le mettant en pratique.

Le savoir parfait appartient à Allah عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu’Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

(1) Rapporté par El-Bouokhâri, chapitre des « Ventes », concernant la vente de la bête morte et des idoles (1/529) et par Mouslim, chapitre du « Bail à complant », (2/742) (hadith 1581), par l’intermédiaire de Djâbir Ibn `Abd Allah رضي الله عنهما.

(2) Rapporté par Ibn Mâdjah, chapitre des « Jugements », concernant celui qui construit sur sa propriété ce qui nuit à son voisin (hadith 2431) et par Ahmed dans son « Mousnad » (hadith 2921) par l’intermédiaire d’Ibn `Abbas رضي الله عنهما. En-Nawawi a dit à propos du hadith (numéro 32) cité dans « El-Arba`îne En-Nawawia » : « Ce hadith a d’autres chaînes de transmission dont l’une renforce l’autre ». Ibn Radjab a dit dans « Djâmi` El-`Ouloûm Wel-Hikam » (page : 378) : « Effectivement, le hadith est comme l’a jugé En-Nawawi ». En outre, ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans « El-Irwâ’ » (3/408).

(3) Plante servant à teindre en jaune rougeâtre.

(4) Rapporté par El-Boukhâri, chapitre du « Pèlerinage », concernant le parfum qui est interdit pour l’homme et la femme qui sont en état de Ihrâm (sacralisation) (1/441) par l’intermédiaire d’Ibn `Omar رضي الله عنهما.

(5) Rapporté par El-Boukhâri, chapitre des « Funérailles », concernant le deuil que fait la femme à un autre que son mari (1/306) par Mouslim, chapitre du « Divorce » (2/692) (hadith 1486) par l’intermédiaire de Oum Habîba رضي الله عنها. Et la raison pour laquelle le hadith a été rapporté est que Zayneb Bint Abi Salama a dit : j’étais rentrée chez Oum Habîba juste après la mort de son père Abou Soufyâne. Alors, Oum Habîba a demandé qu’on lui apporte un parfum mêlé d’une Soufra (couleur jaune). Elle en oignit l’une des servantes, ensuite passa ses mains sur ses joues et dit : « Par Allah, je n’ai aucune envie de faire du parfum, sauf que j’ai entendu le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم étant en chaire dire… (puis elle cita le hadith) ».

(6) Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre de « L’arrangement des cheveux » concernant ce qui est rapporté à propos de la femme qui met du parfum pour sortir (4/258), par Et-Tirmidhi, chapitre de « La bienséance », concernant ce qui est rapporté à propos de la détestation que la femme sorte parfumée (hadith 2786) et par Ahmed (4/413) par l’intermédiaire d’Abou Moûssa El-Ach`ari رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans « Sahîh El-Djâmi` » (hadith 323) et est jugé Hassane (bon) par El-Wâdi`i dans « Es-Sahîh El-Mousnad » (hadith 827).

(7) Rapporté par Mouslim, chapitre de « La prière » (1/207) (hadith 443) par l’intermédiaire de Zayneb l’épouse de `Abd Allah Ibn Mess`oûd رضي الله عنه.

(8) Rapporté par El-Boukhâri, chapitre du « Mariage », concernant ce qu’on évite du malheur de la femme (3/10) et par Mouslim, chapitre « L’adoucissement des cœurs » (2/1256) (hadith 2740) par l’intermédiaire de Oussâma Ibn Zayd رضي الله عنهما.

(9) Rapporté par Mouslim, chapitre de « L’adoucissement des cœurs » (2/1256) (hadith 2742) et par Ahmed (3/22) par l’intermédiaire d’Abou Saïd El-Khoudri رضي الله عنه.

(10) Voir : « El-Fouroûq » d’El-Qarâfi (4/104) (cité de façon résumée).

(11) Rapporté par Et-Tirmidhi, chapitre de « La description du Jour de la Résurrection, de l’adoucissement des cœurs et de la piété » (hadith 2518), par En-Nassâ’i, chapitre des « Boissons », concernant l’exhortation à laisser les suspicions (hadith 5711) et par Ahmed (4/267-270-441) par l’intermédiaire d’El-Hassane Ibn `Ali رضي الله عنهما. Ce hadith est jugé authentique par Ahmed Châkir dans sa « Recension de Mousnad Ahmed » (3/169), par El-Albâni dans « El-Irwâ’ » (1/44) et par El-Wâdi`i dans « Es-Sahîh El-Mousnad » (hadith 318).

(12) Rapporté par El-Boukhâri, chapitre de « La foi », concernant la faveur de celui qui cherche à préserver sa religion (1/19) et par Mouslim, chapitre « Le bail à complant et le métayage » (2/750) (hadith 1599) par l’intermédiaire d’En-Nou`mâne Ibn Bachîr رضي الله عنهما.

Alger le 11 Djoumâda Eth-Thânia 1430 H
Correspondant au 4 juin 2009 G

Source : Le site officiel du cheikh : http://ferkous.com

Question : Quelles sont les conditions pour les vêtements de l’homme ? Et sur quels vêtements de nos jours, ces conditions sont-elles appliquées ?

Réponse : On n’exige pas des musulmans dans leurs différents pays d’adhérer à un type spécifique de vêtement et une tunique spécifique que l’islam a rendu obligatoire pour eux. Plutôt, on permet à chaque nation de porter ce qu’ils souhaitent. Comme le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Mangez ce que vous souhaitez et portez ce que vous souhaitez, tant que vous évitez le gaspillage et l’orgueil. »

Cependant, l’islam a placé sur les vêtements des musulmans quelques limitations et conditions. Après, l’islam a rendu la question large pour eux (les musulmans), leur permettant de porter ce qu’ils souhaitent comme vêtements et ornements, il a placé des limitations auxquelles il leur est obligatoire d’adhérer. Un exemple de ce que l’islam a rendu obligatoire pour eux : que leurs vêtements ne ressemblent pas aux vêtements des mécréants. Portez ce que vous souhaitez, mais seulement tant que vos vêtements ne ressemblent pas aux vêtements des mécréants. C’est une condition.

Une deuxième condition consiste en ce que vous ne portiez pas votre vêtement de façon à ce qu’il s’étende au-dessous des deux chevilles.

Quel que soit le vêtement et quel que soit le type de vêtement; que ce soit une chemise, un manteau, un pantalon ou un vêtement dont vous connaissez le nom. Il n’est pas permis, aux hommes, (que leurs vêtements soient) longs au point qu’ils tombent au-dessous des deux chevilles. Parce que le prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Tout ce qui dépasse les deux chevilles », ou « Tout ce qui est au-dessous des deux chevilles est dans le Feu. ». Donc, la première limitation est de ne pas porter de vêtements qui ressemblent aux vêtements des mécréants. La deuxième limitation est que le vêtement ne tombe pas au-dessous des chevilles et la troisième limitation est ce qui est mentionné précédemment dans le hadith : « Mangez ce que vous souhaitez et portez ce que vous souhaitez, tant que vous évitez le gaspillage et l’orgueil. »

Le sens est qu’il ne faut pas gaspiller dans vos vêtements et ne soyez pas arrogant en cela, parce que le prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Quiconque traîne son Izar (vêtement qui enveloppe à la taille et couvre les jambes) par orgueil, Allah, le Puissant et Majestueux, ne le regardera pas le Jour de la Résurrection. » Donc la réponse est claire. Chaque nation peut porter ce qu’ils désirent comme vêtements, mais à la condition qu’ils évitent ces contradictions (à la Shari’a) : imitation des mécréants, port d’un vêtement trop long, être extravagant (ou gaspilleur) et orgueilleux en cela. Ceci est la réponse.

(Quelques frères parmi les présents dans l’assise ont dit quelque chose. Donc le Shaykh ajoute à sa réponse.)

Ici certains des frères rappellent que naturellement, ceci est parmi les conditions que j’ai réunies dans mon livre Hijabul-Mar’atil-Muslima (le voile de la Femme Musulmane), qui est imprimé maintenant avec le titre Jilbabul-Mar’atil-Muslima (le Vêtement de la Femme Musulmane). Et il y a des conditions stipulées quant au vêtement spécifique, certaines pour les femmes et certaines pour les hommes aussi et elles sont au nombre de huit. Parmi ces conditions est que le vêtement ne doit pas être serré au point qu’il dévoile la ‘awra (la partie du corps qui est intime et qui doit être caché de la vue des gens). Et la ‘awra de la femme bien sûr, est plus grande (plus large) que la ‘awra de l’homme. Donc une condition consiste en ce que le vêtement ne doit pas être serré (au point qu’il dessine les lignes du corps).

Les pantalons, par exemple, il n’est pas permis de les porter pour deux raisons. La première est qu’ils sont les vêtements des mécréants. Et la deuxième est qu’ils décrivent la forme des cuisses et des fesses.

Plutôt ils décrivent aussi ce qui est entre eux aussi, malheureusement. Ce vêtement (les pantalons) contredit aussi la loi islamique. Et ce qui est plus important de mentionner est que la ‘awra peut être vue (avec les pantalons). Donc une condition consiste en ce que le vêtement ne permette pas qu’on voit ce qu’il y a au-dessous. Donc regardez les vêtements, c’est comme s’ils augmentaient la ‘awra dans sa fitna (le fait d’être séduisant, la tentation). Pour cette raison il (le prophète) (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit dans un hadith bien connu : « Deux types de personnes que je n’ai pas encore vu. Des hommes qui portent des fouets comme des queues de vaches, frappant les gens; et les femmes qui sont habillées, (mais) nues, séduisante (en marchant parmi les gens en portant du parfum) et attirant l’attention (en raison du balancement de leurs hanches dans leur démarche) ».

Etc, à la fin du hadith. Ce sont des femmes qui portent des vêtements mais qui sont toujours nues, parce qu’elles portent des vêtements transparents. Et ceci aussi est parmi ce qui n’est pas permis.

(Source : Transcrit et traduit d’une cassette du Shaikh ayant pour titre Hum Al-Ghuraba)

Question :
Quel est le jugement en ce qui concerne les photos et dessins sur les vêtements d enfants, sachant que les vêtements d enfants ne sont pas souvent exempts d images ?

Réponse :
Il n est pas permis d acheter des vêtements sur lesquels il y a des photos et dessins de ce qui possèdent une âme parmi les humains, les animaux ou les oiseaux.Car prendre des photos et les utiliser est haram [interdit], de part les nombreux ahadiths authentiques qui les interdisent et menacent d un châtiment sévère là-dessus.Le Prophète ( sallallâhu alayhi wa salam) a maudit ceux qui faisaient des images (voir Sahih Al Bukhârî, volume 7, hadith 67 ) et a informé qu ils seraient le plus sévèrement châtiés le Jour du Jugement Dernier (voir Sahih Al Bukhârî, volume 7, hadith 64,65 ) Ainsi il n est pas permis de porter un vêtement sur lequel il y a des représentations figurées, ni il est permis d habiller un enfant avec ces images.Ce qui est obligatoire plutôt , c est d acheter des vêtements sans aucune représentation figurée, et il y en a beaucoup.

(Al-Muntaqa al-Fatawa, Sheikh Salih Ibn al- Fawzan, vol.3 p.339,fatwa n°505)

« Ils ne cesseront d’être en divergence , exceptés ceux à qui ton seigneur accordera miséricorde  » (Sourate 11 verset 118-119)

Omar ibn Abdal Azîz rahimahu Allah a dit : Ceux qui sont digne de Sa miséricorde ont été créés afin qu’ils n’entrent pas en divergences .
(Ahkâm Al Qorân 3/1072)

Abu Mohammad Ibn Hazm a dit : Allah a exclu ceux à qui Il a fait miséricorde , de l’ensemble de ceux qui entrent en divergences , et Il a sorti ceux à qui Il a fait miséricorde de l’ensemble de ceux qui entrent en divergences .
(Al Ihkâm 5/66)

As Shâtibî a dit : Le verset implique que les partisans des divergences qui sont mentionnés , sont différents de ceux qui sont digne de la miséricorde , et ce , conformément à la parole d’Allah :
« Ils ne cesseront d’être en divergences , exceptés ceux à qui ton Seigneur accordera miséricorde  » (sourate 11 veset 118-119) , car le verset implique deux groupes , les partisans des divergences , et ceux à qui il ait fait miséricorde .
Il apparaît clairement à travers cette division , que ceux qui sont digne de la miséricorde ne font pas partie des partisans des divergences , car si tel était le cas , cela sous-entendrait que la partie d’une chose est copartageante à celle-ci , et donc, l’exclusion n’aurait pas lieu d’être .
(Al I’tissâm 2/169)

Ibn Wahb a dit : J’ai entendu Malik dire au sujet du verset : Ceux à qui Allah a fait miséricorde n’entrent pas en divergences .
(Al Ihkâm 5/66)

Cheikh al Islam ibn Taymiyya rahimahu Allah a dit : Allah a dit :
« Ils ne cesseront d’être en divergences , exceptés ceux à qui ton Seigneur accordera miséricorde et c’est à cette fin qu’Il les a créés  » (sourate 11 verset 118-119) Allah informe que ceux qui sont dignes de la miséricorde n’entrent pas en divergences , et ils sont ceux qui suivent les prophètes de part leurs paroles et leurs actes , et ils sont les partisans du Coran et des hadith parmi cette communauté , celui qui va à leur encontre en quoi que ce soit , se verra alors privé de miséricorde proportionnellement à la divergence qu’il a avec eux .
(Majmu’ al Fatâwa 4/25)

Il a également dit : Allah a créé des gens pour la divergence et d’autres pour la miséricorde .
(Majmu’ al Fatâwa 4/236)

Ibn Abî Al Iz Al Hanafî a dit : Il a exclu des divergences ceux qui sont dignes de la miséricorde .
(sharh al ‘Aqidah At Tahâwiyah 2/775)

Question : Que est l’avis de l’Islam concernant les personnes à double face qui montrent aux gens plusieurs visages ? Prier de nous citer les preuves , qu’Allah vous récompense !

Réponse : Le pire des hommes est celui qui montre des visages différents aux autres , selon les individus et les circonstances , comme en témoigne un hadith authentique du Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam , qu’Allah nous en préserve . Cela relève de l’hypocrisie . Et si ce comportement se répand dans une société quelconque , celle-ci sera à la dérive et personne n’aura plus confiance en personne . Ainsi, la société se décomposera , et la perfidie et la trahison ne cesseront de se multiplier . Le pire des hommes est donc celui qui a deux visages , conformément à cette parole du Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam qui le définit comme :

 » Celui qui montre aux gens plusieurs visages différents  »
(Rapporté par Al Bukhârî 3494 et Muslim 2526)

Il incombe donc au musulman de se garder strictement de ce comportement blâmable et de mettre les gens en garde contre cette duplicité dans la conduite , afin d’épargner à la société les méfaits précités .

(Source : Cheikh Uthaymîn rahimahu Allah extrait : Les fatwas des éminents savants du pays sacré vol 2/2 p.2095)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 350 autres abonnés